De la spirale suicidaire

Publié le par Catpower

Chaque année, en France, près de 12 000 personnes se suicident et 160 000 tentent de mettre fin à leur jour. Dans l'Hexagone, le suicide tue plus que les accidents de la route. C'est la première cause de mortalité chez les 25-35 ans. Ainsi, 35% des Français ont déjà vécu le suicide d'un proche, 18% d'un membre de leur famille et 5% d'un parent direct (parents, enfants, frères et soeurs). A qui la faute ? Comment mieux prévenir le suicide ? Comment aider quelqu'un pris dans la spirale suicidaire à en sortir ?

Je ne sais que répondre à cette question, n'ayant pu empêcher mon frère de se suicider.
Toutefois, afin de briser le tabou et de favoriser la compréhension du processus suicidaire, je souhaite vous exposer ci-dessous les éléments susceptibles de conduire au suicide. Je les ai constatés chez mon frère ; je les ai retrouvés dans les ouvrages de psychiatres spécialistes de la question. Bien entendu, ces éléments ne répondent pas à toutes les questions : on ne peut pas se mettre dans la tête d'un autre et chaque suicide est particulier. Mais peut-être que ces informations vous aideront à mieux cerner les tendances suicidaires et prévenir les passages à l'acte ou bien à comprendre ce qui a déterminé le suicide d'un de vos proches. Je l'espère.

Le parcours suicidaire


Avant de commencer, je tiens à souligner que le suicide n'est pas un choix, mais un échec. Echec du suicidé qui n'a pas trouvé d'autres solutions que le suicide pour abréger sa souffrance ; échec de la société, qui n'a pas réussi à prendre en charge cette souffrance. Cet échec est le produit d'un processus, qui a conduit la personne à renoncer au monde et à la vie progressivement. On peut distinguer plusieurs étapes dans ce cheminement, plus ou moins long, vers la crise suicidaire :
  1. Dans une situation de vulnérabilité, la personne cherche les différentes solutions pour s'en sortir.
  2. Le suicide lui vient à l'esprit, par flashs, comme une option possible parmi d'autres.
  3. La situation de vulnérabilité persiste. L'idée de suicide occupe une place de plus en plus importante dans les pensées de la personne en souffrance.
  4. La personne élimine au fur et à mesure les autres solutions et le suicide commence à lui apparaître comme la seule issue possible.
  5. La personne étudie les différents moyens pour se suicider et élabore un plan, avec de plus en plus de précision. Ce scénario la réconforte. Il la soulage dans les moments de crise.
  6. Un événement survient, parfois totalemet anodin, qui décide la personne à passer à l'acte. Le suicidant se dote de tous les moyens lui permettant de commettre son suicide. Il cherche à se débarasser des éléments pouvant entraver sa volonté, par exemple en donnant le change à ses proches pour les rassurer.
Ce schéma reste bien sûr simplifié, mais représente une aide précieuse pour comprendre la démarche suicidaire. Je peux vous le confirmer par ma triste expérience.

Psychologie des suicidaires, suicidants et suicidés

D'après Michel Hanus, psychiatre spécialiste du suicide, plusieurs postures psychologiques entretiennent la détermination suicidaire :

  • La violence et le sadisme : violence et sadisme que l'on finit par retourner contre soi, son corps, son âme, et qui, le passage à l'acte effectué, atteignent les autres, les vivants, ceux qui restent, de plein fouet
  • Le deuil narcissique, perte de l'estime de soi, de ses idéaux, de ses illusions, de la confiance en soi, en sa capacité à se relever, en ses possibilités d'évolution, d'adaptation aux changements et d'apaisement de la souffrance, perte déchirante que l'on devrait mais que l'on ne parvient pas à surmonter
  • Le constat d'impuissance, sa propre impuissance à surmonter la dépression, mais aussi l'impuissance d'autrui à aider
  • La passivité et la régression, face à une situation de stress, à une maladie, à un deuil ou aux changements imposés par la vie, en particulier les changements liés à l'adolescence et au vieillissement
  • La volonté de maîtrise : paradoxalement, face au constat d'impuissance, la perte d'estime de soi et la passivité, le suicide représente un moyen de reprendre le contrôle de soi et de sa vie, de réaffirmer son moi profond
  • L'esprit de sacrifice, par idéal politique comme chez les kamikazes, mais aussi pour épargner ses proches, par exemple lorsqu'on est malade et que l'on ressent sa maladie comme un poids pour eux
  • L'échec de la communication, incapacité à partager sa souffrance pour mieux la gérer et l'endiguer
Malheureusement, je n'ai pu que vérifier ces postures chez mon frère. Il faut particulièrement faire attention aux personnes ayant déjà tenté de se suicider et sortant d'une phase de rémission : les suicides surviennent le plus fréquemment quand la personne replonge, après une amélioration de son état.

Les signes avant-coureurs du passage à l'acte

  • Modifications de l'humeur : repli sur soi, désintérêt ou extraversion, euphorie exagérées, agressivité ou calme inhabituel...
  • Changements de comportement : apparence négligée (tenue vestimentaire, propreté...), refus de la nourriture, refuge dans le sommeil ou insomnie, consommation abusive d'alcool ou de tabac...
  • Discours morbides, annonce de départ en voyage...
  • Dons d'objets

A consulter

Des sites internet

Des ouvrages

  • Emile Durkheim : Le suicide - Etude de sociologie
  • Michel Debout : La France du suicide, Le suicide
  • Emmanuel Granier : Idées noires et tentatives de suicide
  • Michel Hanus : Le deuil après suicide
  • Christophe Fauré : Après le suicide d'un proche - Vivre le deuil et se reconstruire


Publié dans Suicide et psychiatrie

Commenter cet article

josie 10/12/2009 10:26


Perdre un des siens dans de telles circonstances doit être très difficile, tous comme les mots à écrire ! Donc , pensées !
Merci de votre passage sur mon blog !


Catpower 10/12/2009 10:43


Et merci à vous, josie, pour vos très jolies photos qui font du bien à l'âme.


Sophie 10/12/2009 07:42


l'angoisse de la maman que je suis c'est de devoir affronter un jour cette épreuve....ne jamais rompre le dialogue être là....mais je suis persuadée que lorsque quelqu'un a décidé de passer à
l'acte il essayera....merci pour tes mots, courage à toi.


Catpower 10/12/2009 10:50


Merci, sophie, pour ton message.
Effectivement, quand qqn décide de passer à l'acte, c'est très dur de l'en empêcher. Les psychiatres parlent de "détermination suicidaire". Pour mon frère, nous avons évité le pire à plusieurs
reprises. Jusqu'à ce que nous baissions la garde... et le pire est effectivement arrivé. Mais nous ne pouvions pas le suivre à la trace en permanence. J'avoue ne pas savoir aujourd'hui quelle est
la solution. Je pense que même les plus grands médecins ne le savent pas. Ceci-dit, je reste persuadée malgré tout que connaître le processus qui mène au suicide peut aider certains personnes à
sortir de l'engrenage infernal, quand le mal n'est pas installé depuis trop longtemps.