A Louis

Publié le par Catpower

Je souhaitais introduire ce blog par un texte d'hommage à mon frère ci-dessous. C'est ma mère qui a écrit ce texte. Elle a su trouver les mots justes, au-delà de l'indicible.

 

"Louis,

Fragile adolescent, tu refusais déjà l’injustice et la violence. Tu aimais le reggae et le rap, leur rythme et leurs paroles crues, si vraies et si dures sur notre société. Il te fallait du calme, de la douceur et de la lenteur, et nous te poussions à aller plus vite, plus loin. Tu avais peur de cette société que tu jugeais factice, mais la banlieue t’hypnotisait. Nous t’avons fait rentrer dans le rang. Tu n’as pas su te révolter, refuser ces contraintes, pour trouver ta propre voix. 

Rimbaud a écrit : « On n’est pas sérieux, quand on a 17 ans ». Toi, tu étais trop raisonnable. Petit à petit, tu t’es enfermé, tu t’es ligoté, et tes troubles sont apparus. Tu nous les cachais, tu nous donnais le change, pour ne pas nous faire de la peine. Jamais un anniversaire, une fête oubliés. Mais tu parlais peu, riais de moins en moins, ne chahutais plus. Tu étais dans un monde obscur, au sein duquel tu ne pouvais plus voir les beautés de la vie.

Pendant ces dernières années, nous t’avons répété combien nous t’aimions et tu nous disais ton amour en retour et comme ton enfance as été heureuse avec nous.
Mais ta souffrance était trop forte et la délivrance trop tentante.

Maintenant, nous devons accepter ton acte désespéré, te pardonner, te demander pardon pour continuer à vivre et trouver la paix.

C’est l’histoire d’un mec, qui avait 25 ans. Un mec bon et généreux. Un mec bien."

 

Lili et Alain, tes parents
& Claire, ta soeur

Publié dans Deuil

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

COSME Myriam 11/11/2009 19:09


très bel hommage, texte bouleversant, j'ai une fille de 25 ans que j'ai failli perdre il y a 2 mois en mettant ses enfants au monde, des jumeaux, a 25 ans, on a normalement toute la vie devant soi,
le destin est pleins de surprises mais pas toujours bonnes et justes. On n'accepte pas. je te souhaite bon courage, myriam