Pour illustrer la schizophrénie : un poème écrit par Verlaine en prison

Publié le par Catpower

http://www.ecole-art-aix.fr/IMG/jpg/bleu_ciel.jpg

Le 8 août 1873, le tribunal de Bruxelles condamne Paul Verlaine, 29 ans, à deux ans de prison, pour avoir tiré sur son amant, Arthur Rimbaud. Derrière les barreaux, le poète a écrit un magnifique poème sur l'enfermement. J'ai lu ses vers lors des cérémonies d'hommage à mon frère. Ce texte nous a semblé, à ma famille et moi, parfaitement illustrer la schizophrénie, telle que Louis pouvait la vivre.

"Un grand sommeil noir

Tombe sur ma vie :

Dormez, tout espoir,

Dormez, toute envie !

 

Je ne vois plus rien,

Je perds la mémoire

Du mal et du bien…

O la triste histoire !

 

Je suis un berceau

Qu’une main balance

Au creux d’un caveau :

Silence, silence !


[...]


Le ciel est, par-dessus le toit,

Si bleu, si calme !

Un arbre, par-dessus le toit,

Berce sa palme.

 

La cloche dans le ciel qu’on voit

Doucement tinte.

Un oiseau sur l’arbre qu’on voit

Chante sa plainte.

 

Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là,

Simple et tranquille.

Cette paisible rumeur-là

Vient de la ville.

 

- Qu’as tu fait, ô toi que voilà,

Pleurant sans cesse,

Dis, qu’as-tu fait, toi que voilà,

De ta jeunesse ?"

 


Publié dans Deuil

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Catharsis 25/02/2010 14:20


Je découvre ce beau poème...