Un peu de noirceur

Publié le par Catpower

Ames sensibles, s'abstenir.

 

Le deuil peut rendre irritable et haineux.

 

La première fois que je me suis rendue à l'accueil parisien de l'association Vivre son deuil, il y avait cette femme, vieille, moche, des poches sous ses yeux rougis, le nez irrité de s'être trop mouchée... Une vraie loque. Elle avait perdu son fils âgé de 40 ans six mois plus tôt. Il vivait encore chez elle. Vous voyez le genre : homo refoulé célibataire endurci jamais sorti du giron de sa mère. Le matin, il était sorti pour aller courir et n'était jamais revenu. Crise cardiaque.

 

Depuis, ELLE passait son temps à pleurer. ELLE restait au lit toute la journée, incapable de lever le petit doigt. C'est à peine si ELLE ouvrait les volets. Et encore, à la nuit tombée, parfois... Car sa vie, désormais, ne se résumait plus qu'à une nuit éternelle...

 

Immédiatement, j'ai éprouvé dégoût et aversion pour cette femme.

 

ELLE monopolisait la parole, l'attention. Seule son histoire comptait. D'ailleurs, ELLE était inconsolable. Son malheur était incommensurable. ELLE ne se remettrait jamais de la perte de son fils. Son fils, le seul et l'unique. Le meilleur d'entre nous, d'entre tous. Beau, attentionné, intelligent, cultivé... Etc. Etc.

 

Malgré moi, je me suis retrouvée prise au piège, à jouer le rôle d'une bénévole. Je l'ai écoutée débiter son histoire, divaguer, passer de souvenirs en souvenirs, vanter les mérites des médiums et autres charlatans. Avec commisération, portant le masque d'une fausse sollicitude sur mon visage, comme anesthésiée par sa douleur. Comme si mon jeune frère ne s'était pas suicidé 3 semaines plus tôt.

 

Visiblement, la peine que j'éprouvais ne valait pas la sienne.

 

En réalité, je lui en voulais à MORT. Et, si ma bonne éducation ne m'avait pas retenue, je l'aurais volontiers frapper de toutes mes forces.

 

Pour son égoïsme, son apitoyement, sa vanité béante comme une fracture ouverte.

 

Maintenant, avec le recul, j'en souris. De pitié.

Publié dans Deuil

Commenter cet article