N'oublie pas que tu vas mourir

Publié le par Catpower

Loin de Paris, enfin.

Ce matin : je m'éveille, baignée par la lumière du jour. Cette nuit, il a encore neigé. Dans mon lit, je laisse mes pensées errer au-delà de ma chambre, par la fenêtre, au loin, dans la campagne, à l'horizon, où les collines se revêtent d'une brume bleutée. Comme si le temps s'était arrêté.

Comme toute perte, la mort de mon frère me rappelle à l'impermanence des choses, des êtres, des relations. C'est le "N'oublie pas que tu vas mourir" de l'époque baroque, qui nous rappelle la fragilité de l'instant présent. Rien ne subsiste, tout change, tout se transforme. C'est le mobilisme d'Héraclite, qui affirme : "À ceux qui descendent dans les mêmes fleuves surviennent toujours d’autres et d’autres eaux."

"Profite, profite de cette pause", me dis-je, les yeux mi-clos, goûtant le moment comme on déguste un Château Petrus.

http://paul.magendie.free.fr/vanite.jpg

Publié dans Deuil

Commenter cet article

Catharsis 25/02/2010 14:18


"on se rend compte à quel point la vie ne tient qu'à un fil."

Dans notre société, la mort est un sujet quasi-tabou. On ne la montre pas, on la cache (et là, je pense surtout aux vieux et aux vieilles que l'on place dans des mouroirs plus ou moins doré, ainsi
qu'aux hôpitaux). Aux enfants, par souci de les "protéger", rares sont les fois où ce sujet est abordé avec eux.
Alors comment s'étonner de l'impacte que produit sur nous le décès d'un être cher (et même d'un voisin lorsque nous assistons à sa mort)?
Pour des raisons que je crois idéologiques, nous ne sommes pas "préparés" à vivre cela. Par contre, je nous crois "conditionné" à envisager nos vies comme si elles n'avaient pas de fin.


Catpower 25/02/2010 19:52


je suis d'accord. et c'est pour cette raison notamment que j'ai décidé de créer ce blog. la mort est trop cachée dans notre société. du coup, elle n'est pas vécue de manière sereine. c'est pourquoi
j'ai voulu la montrer et partager l'épreuve du deuil, face à des gens parfois effrayés par ce que je vivais.


Schlabaya 22/02/2010 20:21


Quelquefois, on aimerait aussi l'oublier, et se laisser vivre, simplement.
Et qui nous dit que la mort est une fin ?
Bonne soirée à toi.


Catpower 23/02/2010 11:24


Effectivement, je comprends ce que tu veux dire. mais quand on perd un être aimé, qui plus est âgé de 25 ans à peine, on se rend compte à quel point la vie ne tient qu'à un fil. La mort fait partie
de la vie et cela rend la volonté d'en profiter encore plus intense.