Métro, boulot, dodo (2/2)

Publié le par Catpower

Vous trouverez ci-dessous la deuxième partie d'un texte écrit en 2005. J'ai publié la première partie sur ce blog le 11/12/09.

 

Les mains des banlieusards dans le bus.

Petites, grandes, rondes, carrées, potelées. Fines, menues, râpeuses ou veloutées. Ridées. Creusées. Gantées. De toutes tailles, de toutes formes, elles s’accrochent. A n’importe quoi. A n’importe qui. Pour ne pas tomber. Elles s’approchent, elles se pressent, gesticulent et s’oppressent. Se croisent par mégarde, dans le stress. Se toisent. Se cherchent des noises. Et s’accrochent et s’agressent, s’effleurent et se caressent, sans faire exprès.

Les mains des banlieusards dans le bus, noires, brunes et dorées. Rarement blanches.

Les mains des banlieusards dans le bus, comme un ballet.

Les mains des banlieusards dans le bus trépignent, marquent le rythme de la nervosité ambiante, les aléas de la circulation. Quelqu’un soupire, s’exaspère ; un enfant crie. D’autres, en groupe, rient. Sur le grand boulevard gris, cerné par les immeubles et les tours en construction.

 

metro2

 

metroparis

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pierre-Louis 17/12/2009 16:44


Et ces regards qui se refusent...