La tendresse

Publié le par Catpower

Que serais-je aujourd'hui sans la tendresse, après le suicide de mon frère, véritable bombe à fragmentation ?

Après un tel événement, certaines personnes haissent, des familles se déchirent, se détruisent, des couples se dissolvent, des amis s'éloignent. D'autres se réfugient dans le déni, porte ouverte au deuil pathologique voire à l'autodestruction et au suicide, aussi - 7% des endeuillés par suicide se suicident également.

Dans mon malheur, j'ai cette chance inouie de pouvoir aimer et partager. La souffrance et la rage, les pleurs, la culpabilité, les questions sans réponse, mais aussi la tendresse. La bienveillance et l'amour de l'autre. L'écoute. Le silence complice. Les souvenirs heureux, lumineux. Les caresses qui soulagent le corps de ses peines.

Cet échange-là n'a pas de prix.

Publié dans Vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Caroline PC 18/11/2009 19:38


Il ne faut surtout pas culpabiliser ni chercher un coupable dans son entourage. Malraux disait : "celui qui se tue lui-même court après une image qu'il s'est forgé de lui-même.; on ne se tue jamais
que pour exister"
C'est un problème d'identité. La personne suicidaire a généralement reçu l'injonction "nexiste pas" dans la petite enfance par un rejet ressenti, réel ou subjectif. La décision de suicide est alors
prise en réponse à cette injonction. Vivez sans tourment, et pensez simplement à lui avec amour, vous l'aiderez à vivre son "après" . Bon courage